Madagascar figure parmi les lieux représentatifs de la biodiversité mondiale grâce à sa faune et sa flore ainsi que ses ressources naturelles. Le paysage spectaculaire du pays attire de plus en plus de visiteurs. Malheureusement, Madagascar subit actuellement une déforestation majeure. C’est la raison pour laquelle des aires protégées ont été délimitées afin de préserver ce précieux écosystème. Les Tsingy, également appelé « forêt de Pierre » est une des merveilles de Madagascar. Ces paysages karstiques abritent un grand nombre d’espèces endémiques. C’est l’une des principales destinations touristiques de la grande île.

Lire directement :

Histoire et formation de la forêt de Pierre de Madagascar

Les Tsingy se distinguent par leurs vastes étendues de cathédrales de pierre. Sculptés par la nature, les Tsingy se dessinent en tranches de pierres semblables à des lames de rasoir. Cette merveille géologique fait des Tsingy un paysage rare et emblématique. En langue malgache le mot « Tsingy » veut dire : marcher sur la pointe des pieds. Ce terme a donné son nom à ces formations rocheuses pointues et tranchantes où s’y déplacer, autrement que sur la pointe des pieds, reste un vrai défi.

Madagascar abrite aussi bien des Tsingy marins que terrestre. Leur formation remonte à des millions d’années. Une immense couche de roche sédimentaire a été soulevée lentement et progressivement par la séparation des plaques tectoniques africaine et somalienne. Avec le temps, la rétraction de la mer a laissé apparaître ces couches sédimentaires. Petit à petit, le ruissellement des pluies tropicales a sculpté la roche formant ces tranches abruptes. Des réseaux d’eau souterrains parcourent les massifs et débouchent sur des grottes habitables.
Ces grottes ont longtemps servi de refuge à la population primitive de Madagascar. Il y a quelques années, les Tsingy ont été aménagés pour être accessibles aux visiteurs. Ces aménagements permettent de découvrir, au cœur des parcs protégés, cette curiosité de la nature. Les Tsingy étaient considérés comme des endroits sacrés par la population locale. Aujourd’hui, les Malgaches bénéficient de l’écotourisme qui s’est développé dans ces espaces naturels.

Au Nord de Morondava, les Tsingy de Bemaraha

Le parc National de Bemaraha est la plus vaste étendue des aires protégées de Madagascar. Situé au nord-ouest de l’île dans la région de Melaky, il s’étend sur plus de 157 000 ha. Il a été classé comme réserve nationale en 1927 avant de s’inscrire au patrimoine de l’UNESCO en 1990. À partir de 1991, il sera géré par Madagascar National Parks. L’aménagement du parc accessible aux visiteurs a eu lieu en 1997.

Des sentiers ont été tracés pour accéder aux grottes naturelles. Elles sont également accessibles en pirogue en s’aventurant dans un magnifique décor le long de la rivière de Manambolo. Les Tsingy de Bemahara sont marqués par l’histoire des tout premiers habitants malgaches appelés « Vazimba ». On y trouve encore leurs tombeaux.

Ce parc est une véritable niche d’espèces endémiques aussi bien animales que végétales avec une couverture forestière vierge de plus de 80 000 ha. De nombreuses espèces de lémuriens, d’oiseaux et de reptiles ainsi que des plantes rares y trouvent refuge. C’est un paradis pour la faune et la flore qui règne en maître sur le parc.

Situé au sud de Diégo-Suarez, les Tsingy de l’Ankarana

Au sud de Diégo-Suarez se trouve le parc National de l’Ankarana, ici, on peut y découvrir les Tsingy de l’Ankarana qui abritent les fameuses grottes souterraines. La forêt de Pierre s’étend sur 18 220 ha. Elle regorge d’animaux et de végétaux propres à Madagascar, dont certaines espèces ne se trouvent nulle part ailleurs. En plus de sa biodiversité luxuriante, le parc dispose d’un réseau de rivières souterraines, où les plus sportifs peuvent s’y aventurer. Ces allées forment des labyrinthes au travers des formations rocheuses offrant un spectacle à couper le souffle. Des passerelles pittoresques permettent d’admirer ces formations calcaires qui s’érigent depuis la terre à perte de vue.

Le parc compte onze grottes naturelles souterraines qui restent sacrées pour la communauté locale. C’est également un lieu de culte où les Malgaches y déposent des offrandes. La forêt de pierres est caractérisée par un climat tropical sec qui se divise en deux saisons : une saison chaude et humide de novembre à avril et une saison sèche qui s’étend du mois de décembre au mois de mars. L’intérieur des grottes, quant à lui, reste frais et hospitalier même lorsque sévit la chaleur caniculaire.

La faune est riche de par sa diversité. Des crocodiles pouvant atteindre 6 m de long sont les gardiens des rivières. 92 espèces d’oiseaux vivent et se reproduisent sur les Tsingy, notamment le Mésité varié, une espèce endémique de Madagascar. Évidemment, il est possible d’observer des lémuriens, ainsi qu’une multitude d’insectes. Le parc de l’Ankarana s’articule autour du lac vert, un lac de cratère où l’on peut s’y rendre au cours d’une journée d’excursion. La végétation est tant diversifiée qu’il serait impossible d’énumérer toutes les variétés de plantes. On y trouve le Canarium de Madagascar, du pandanus, des lianes, des orchidées aériennes et des baobabs.

Ces Parcs ne sont pas uniquement des lieux emblématiques qui font la réputation de l’île dans le monde, mais ils racontent l’histoire et la culture malgache. Ces paysages spectaculaires renferment un écosystème qui mérite d’être préservé. La protection des espèces endémiques de Madagascar contribue au bon équilibre de la forêt de Pierre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici