Depuis une vingtaine d’années, l’immobilier à Madagascar connaît un rebond impressionnant. Que ce soit dans la construction d’immeubles de bureaux professionnels ou d’habitation, ou alors dans l’acquisition de terrains, toutes les conditions sont propices pour ceux qui souhaitent investir ou s’installer à Madagascar. Lorsqu’on regarde la Grande Île du ciel, on peut constater qu’une immense superficie de terre reste encore vierge et inexploitée. En effet, les constructions et les exploitations agricoles se concentrent surtout autour des grandes agglomérations. Si les agglomérations urbaines et périurbaines disposent déjà de bâtiments modernes, des opportunités intéressantes se présentent également dans les zones rurales dans un rayon de 15 à 20 kilomètres des villes. En ce qui concerne les surfaces à vocation industrielle ou agricole, il y a l’embarras du choix. Voici les principaux points à retenir pour investir dans l’immobilier à Madagascar.

Le prix des locations à Madagascar

Aujourd’hui, Madagascar dispose d’un large choix de maisons et d’appartements, que ce soit en milieu urbain ou en périphérie des grandes villes. Si l’on parle d’Antananarivo, on observe actuellement un boum dans la construction d’immeubles ou complexes résidentiels de plusieurs étages avec des appartements de différentes surfaces. L’avantage de ces résidences c’est qu’elles sont construites sur des terrains sécurisés. Beaucoup d’entre elles sont situées à proximité de la ville. Très souvent, le rez-de-chaussée est destiné aux locaux professionnels.

Les opportunités de location sont également nombreuses en dehors de la ville, surtout en province. Il s’agit plus de villas ou de maisons individuelles équipées d’aménagements extérieurs tels que piscine ou terrain de sport. En dehors de la ville ne veut pas dire éloignement ni isolement. En effet, les projets immobiliers neufs sont accompagnés par de grands projets routiers assurés par l’État malagasy. Les nouvelles routes, plus larges, sont censées désengorger les artères existantes et permettront de rejoindre les axes urbains plus rapidement. Les principales écoles sont construites également en retrait de la ville, on peut s’y rendre grâce aux nouvelles routes. Enfin, les commerces ne sont pas en reste, car depuis peu, les grandes surfaces se rapprochent de leurs clients habitant dans les zones rurales.

Les appartements en location dans les nouvelles résidences coûtent plus cher, leurs tarifs avoisinent les 1 400 €, selon la surface louée et les prestations environnantes. La location de maisons individuelles varie en fonction de la surface habitable, ainsi que de la présence d’une piscine, garage ou autres dépendances, elles sont disponibles à partir de 250 € par mois.

Construire à Madagascar : prix du mètre carré

À Madagascar, plusieurs types de construction sont envisageables. Bien entendu, les grands projets immobiliers suivent les mêmes procédures qu’en France, par exemple, en faisant appel à des spécialistes du bâtiment depuis la conception jusqu’à la finition. Par contre, le Malgache lambda sollicite des « tâcherons », une main-d’œuvre bon marché. L’implication du futur propriétaire est nécessaire dans toutes les étapes de la construction, de la conception au choix et à l’achat du matériel, ainsi qu’en ce qui concerne le suivi de chantier.

Plus on se rapproche du littoral, plus le coût de la construction sera élevé. À titre d’exemple, en tenant compte de l’inflation, le coût au mètre carré pour Antananarivo varie de 365 € à 610 €, tandis qu’à Toamasina, la fourchette se situe entre 440 € à 850 € contre 480 € à 850 € à Mahajanga.

Bien que plus coûteux, il est commode d’investir dans un nouveau projet immobilier, les démarches seront simplifiées. Le plus gros avantage réside dans ce cas, dans l’acquisition du terrain, un sujet délicat à Madagascar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici